• « Le décor d'une reliure doit être une synthèse décorative du livre, se tenir à la limite de l'abstrait et du concret, prendre au premier ce qu'il a de hautement spirituel, mais en le tempérant de concret, afin d'éviter l'impersonnel. »  Paul Bonet

    « Le décor d'une reliure doit être une synthèse décorative du livre, se tenir à la limite de l'abstrait et du concret, prendre au premier ce qu'il a de hautement spirituel, mais en le tempérant de concret, afin d'éviter l'impersonnel. » Paul Bonet

CAPC – Musée d’art contemporain de Bordeaux

CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux, 7 Rue Ferrere, 33000 Bordeaux, France

Précédent Fermer Suivant

Paul Bonet : Dessins pour reliures compilés par Florian Pumhösl

Adresse CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux
7 Rue Ferrere
33000 Bordeaux
France
Horaires Lundi : fermé Mardi : 11h - 18h Mercredi : 11h - 20h Jeudi à dimanche : 11h - 18h

Paul Bonet

L’exposition présente des dessins originaux, gouaches, pochoirs et gabarits ayant servi d’esquisses pour ses gaufrages des années 20 et 30 (reliures élaborées en relief et estampillées en cuir et en carton) et, dans une plus large mesure, pour les reliures industrielles (des cartonnages dits « sur la maquette de Paul Bonet ») dont il réalise plusieurs centaines de prototypes (552 au total) pour la maison d’édition Gallimard (anciennement NRF) de 1941 à 1967.

Dans l’exposition,Florian Pumhösl intègre également des ébauches de la main de Bonet (dessins pour dos de livres, gouaches et maquettes pour frontispices de cartonnages, photographies argentiques, etc.)

Compilés par Florian Pumhösl

 

  • « Le décor d'une reliure doit être une synthèse décorative du livre, se tenir à la limite de l'abstrait et du concret, prendre au premier ce qu'il a de hautement spirituel, mais en le tempérant de concret, afin d'éviter l'impersonnel. »  Paul Bonet

    « Le décor d'une reliure doit être une synthèse décorative du livre, se tenir à la limite de l'abstrait et du concret, prendre au premier ce qu'il a de hautement spirituel, mais en le tempérant de concret, afin d'éviter l'impersonnel. » Paul Bonet