RezDeChaussée

66 Rue Notre Dame, Bordeaux, France

Maison des étudiants / Université Montaigne Bordeaux 3 / 3, Esplanade des Antilles 33600 Pessac / entrée libre

Université Montaigne Bordeaux 3 / 3, Esplanade des Antilles 33600 Pessac

Précédent Fermer Suivant

« Nos quotidiens », le projet de résidence de l’artiste Raphaëlle Paupert-Borne

+ Maison des étudiants / Université Montaigne Bordeaux 3 / 3, Esplanade des Antilles 33600 Pessac / entrée libre

Adresse 66 Rue Notre Dame
Bordeaux
France
Horaires Pendant les expositions du mercredi au samedi de 14h à 19h. Sur rendez-vous en dehors des expositions.
Adresse Université Montaigne Bordeaux 3 / 3
Esplanade des Antilles 33600 Pessac
Infos mercredi 6 mars 14h

Nos quotidiens, le projet de résidence d’une artiste voyageuse

Le projet de résidence de l’artiste Raphaëlle Paupert-Borne s’inscrit dans l’édition 2019 du Festival Théâtre des images consacrée à «nos quotidiens». Comment l’environnement, les lieux, les paysages, les proches et les anonymes croisés au détour de nos jours nourissent-ils la création artistique? La 4ème édition du festival met en lumière la vie quotidienne comme source d’inspiration où l’ordinaire se mêle au fabuleux et souhaite restituer les pratiques d’artistes qui prennent leur vie comme matière de création.

Accueillie à la Villa Médicis à Rome en 2008, l’artiste plasticienne Raphaëlle Paupert-Borne n’a cessé de voyager pour capter les scènes de la vie qu’elle saisit dans ses dessins, ses peintures et ses films. Elle dit dessiner sur le vif : «il y a d’abord un repérage qui s’effectue comme une sorte de dérive afin de trouver un point de vue. Alors s’effectue une sorte d’alchimie entre ma position et les personnes, les flux qui m’entourent. De mes voyages, j’ai rencontré les villes et ses habitants par le filtre de la peinture et du dessin. J’aime arpenter et me perdre dans les villes, juste sentir les murs, les gens, en me posant là, c’est la ville qui vient à moi (Berlin, Alger, Rome, La Ciotat …) ».

Une œuvre entre peinture et cinéma

«Avec mon sac-atelier, le dessin et la peinture s’imposent où l’humain prend toute la place. Ma pratique de peintre se réalise sur le motif : terme utilisé pour les Impressionnistes, pour définir la pratique du peintre qui sort de son atelier et transporte son matériel à l’extérieur, en plein air pour peindre ce qu’il voit, l’espace et les personnes qui s’y trouvent. C’est pour moi une manière douce et directe de rencontrer un territoire et ses habitants.» Dessiner dans les villes a permis à l’artiste de capter une présence particulière. Les dessins, plus économes qu’une image en mouvement, sont désencombrés, silencieux. Re-filmés, ils s’accordent et se transforment au contact du son. Le travail de Raphaëlle Paupert-Borne est un travail de manipulation où l’artiste découpe, colle, monte. Ses images, tissées à partir de récit personnel, réactivent dans l’inconscient collectif les mythes les plus anciens et la notion du magique. Dans son dernier film Abel et Caïn mais aussi La montagne des nuées et les plus anciens L’Abeille de Déméter et Marguerite et le dragon, Raphaëlle Paupert-Borne articule deux dimensions du langage, celle de la peinture et celle du cinéma.

Marcher, peindre, dessiner, filmer, exposer

Durant sa résidence à Rezdechaussée au mois de février 2019, Raphaëlle Paupert a transformé la galerie en atelier, invité des personnes à poser en groupe pour des séances de peinture et travaillé en extérieur, dans et hors la ville. Ce temps de résidence est restitué dans le cadre du festival Théâtre des images à travers une exposition présentée à Rezdechaussée dès le 5 mars 2019 qui est accompagnée de la projection de deux films à l’Université Montaigne Bordeaux 3 le mercredi6 mars dès 14h: Marguerite et le Dragon et L’abeille de Demeter.

Raphaëlle Paupert-Borne est née à Lyon en 1969.

Elle vit et travaille à Marseille.

Site de l’artiste : documentsdartiste.org/artistes/paupert-borne/repro.htm

Le festival Théâtre des images, un festival transdisciplinaire

Créé en 2016 à l’initiative des universitaires-chercheurs Christian Malaurie et Marie Duret-Pujol, le festival Théâtre des images rassemble plusieurs lieux de la métropole bordelaise : l’Université Bordeaux-Montaigne, Rezdechaussée, le cinéma Utopia, les Colonnes de Blanquefort. Autour de temps qui favorisent le croisement de disciplines artistiques et l’échange de réflexions entre personnalités d’horizons différents (artistes, universitaires, critiques) le festival s’adresse à un public varié et composé notamment d’étudiants. Mêlant le théâtre, le cinéma, les arts plastiques, la littérature, la poésie etc., il donne à voir des images scéniques mais aussi des images plastiques et poétiques afin de proposer une promenade dans la création contemporaine. Il a la volonté de susciter des débats de société à partir de questionnements de fond qui ne se limitent pas pour le public du festival aux débats d’actualité. La 4ème édition du festival sera consacrée à « nos quotidiens » avec pour artistes invités l’artiste plasticienne Raphaëlle Paupert-Borne, la Compagnie Turak, le poète Jean-Pierre Bobillot et la réalisatrice-scénariste Christine Laurent.