Vitrine des essais

226 Rue Sainte-Catherine, Bordeaux, France

BAG_bakeryartgallery

44 Rue Saint-François, Bordeaux, France

Précédent Fermer Suivant

Les rêveries du promeneur solitaire

Adresse 226 Rue Sainte-Catherine
Bordeaux
France
Horaires 24H/24
Adresse 44 Rue Saint-François
Bordeaux
France
Horaires Du mardi au samedi de 11h à 19h, le dimanche de 11h à 15h & sur rendez-vous

Sur une invitation de BAG (Bakery Art Gallery), les étudiants d’histoire de
l’art du lycée Montaigne ont puisé dans la collection du CNEAI (Centre
National de l’Édition et de l’Art Image) afin d’agencer pour la Vitrine des essais,
un récit visuel dans lequel l’image et l’imagination sont au cœur de la
proposition.

L’exposition Les Rêveries du promeneur solitaire (titre de l’ouvrage inachevé de
Jean-Jacques Rousseau rédigé entre 1776 et 1778) tisse une narration par le
montage visuel de quatre œuvres dont la rencontre fortuite et les liens
plastiques et poétiques créent un potentiel d’évocation et d’efficacité
imaginative. Par-delà les messages qu’elles peuvent contenir, ces images,
basées sur un dispositif d’interprétation romanesque et de correspondances
visuelles fertiles, restent actives pour le promeneur de la rue Sainte-Catherine.

« Reprenant symboliquement le motif du promeneur solitaire rousseauiste ainsi qu’une citation de St-Pierre « rêvassant l’horizon », la Vitrine des essais vous donne la possibilité d’une balade sensorielle immersive :

par la rencontre des reflets lumineux voguant au rythme des flots de la Seine sur les sérigraphies de Maya Spasova (MAYA SPASOVA, VOYAGE ROMANTIQUE SUR LA SEINE I, II & III 1998 Image réalisée à l’occasion d’un parcours en péniche sur la Seine où l’artiste projetait des textes de petites annonces sur les édifices),

par la captation de nos passages et de nos lectures sur le support des impressions sur plexiglas d’Aurélie Pétrel (AURÉLIE PÉTREL, 7 X 7 2016 Dans le cadre de l’exposition Seuils de visibilités, l’artiste crée une œuvre qui joue sur la reproduction et la réinterprétation des œuvres issues des collections du Cneai),

par les réminiscences en noir et blanc des tirages d’Esther-Hoareau montrant une odyssée entre l’île de la réunion et l’antarctique (ESTHER HOAREAU, OCEAN CAMP 2004 Photographie numérique en noir et blanc accompagnant le livre Ocean Camp),

par la confrontation au présent des listes d’Anne-James Chaton (ANNE-JAMES CHATON, LE STEWARD 2005 Portrait réalisé par le relevé de l’ensemble des textes imprimés portés par les personnes au moment de la rencontre), les images et les mots tendent à des recompositions mentales. »