• Château La Dominique © Brice Braastad

    Château La Dominique © Brice Braastad

  • Thierry Jadot Monument aux héros du Peuple, Place Tian’anmen, Pékin, 1989

    Thierry Jadot Monument aux héros du Peuple, Place Tian’anmen, Pékin, 1989

  • Jérémy Gobé La Liberté guidant la laine 2014-2019 © Marc Domage Courtesy Galerie Odile Ouizeman

    Jérémy Gobé La Liberté guidant la laine 2014-2019 © Marc Domage Courtesy Galerie Odile Ouizeman

Précédent Fermer

Camille Poupon et Guillaume de Sardes

Entretien avec Camille Poupon, Responsable marketing & communication des Vignobles Clément Fayat, et Guillaume de Sardes, Commissaire de l’exposition Rouge, couleur de l’engagementvisible au Château La Dominique jusqu’au 25 août 2019.

 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, le CAPC, le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, la Galerie Odile Ouizeman et la Galerie Analix Forever

 

Camille, pouvez-vous nous parler de la volonté du Château La Dominique de mettre en valeur l’art contemporain ? Pourquoi à travers des cycles d’exposition ?

Camille : Pour l’architecture si spécifique du château. Ce château appartient à la famille Fayat depuis 50 ans. C’est une bâtisse historique, datant du 18è et située à la limite de l’appellation Saint-Emilion face à Pomerol. Récemment, le domaine a intégré 5 hectares supplémentaires. L’ancier cuvier ne suffisait donc plus. La famille Fayat a fait appel à l’architecte Jean Nouvel pour la conception d’un nouveau cuvier. Jean Nouvel n’avait encore jamais imaginé de chaix ou de bâtiment viticole dans le Sud-Ouest. Originaire du Lot-et-Garonne et amateur de vins, il s’est montré attaché à la région. Le bâtiment, qui ressemble à un grand cube, est venu se poser dans la cour du château. Longiligne, il est bardé d’inox sur rouge avec 6 nuances différentes retraçant la vie d’un vin mis en bouteille. Le cuvier est donc le reflet et le témoignage du vin produit sur la propriété. Jean Nouvel a puisé son inspiration dans le travail de deux artistes contemporains : Anish Kapoor pour la couleur du bâtiment, et Jeff Koons pour le matériau en inox métallisé. Vu de l’extérieur, le bâtiment s’assimile à un espace muséal, à une galerie d’exposition. Bien que le point de départ reste celui de l’architecture, l’influence et l’esthétique art contemporain ont inspiré Jean Nouvel depuis la genèse du projet.

La propriété s’est ouverte à l’œnotourisme en 2014. Nous tentons de diversifier l’offre avec la mise en place d’un restaurant sur le toit-terrasse du cuvier donnant vue sur le vignoble. L’exposition temporaire, quant à elle, permet de proposer une offre culturelle différente, une raison de visiter la propriété sous un angle différent. Nous recevons 12 000 visiteurs par an, certains sont des touristes visitant Saint-Emilion, d’autres sont des visiteurs locaux. Beaucoup viennent pour l’architecture de la propriété, d’autres pour vivre une expérience autour de la gastronomie. Le dialogue entre art contemporain et fabrication du vin attire notre intérêt, justifié en outre par l’architecture du cuvier.

 

 

Pourquoi ce thème du rouge et de l’engagement politique ?

 

Camille : Depuis 2018, le cœur du cycle s’est figé autour du rouge pour la cohérence avec le lieu. Par ailleurs, il nous semble pertinent en matière d’art. Cette couleur permet d’aborder un certain nombre de questions. À l’époque, Michel Pastoureau venait d’achever son ouvrage portant sur le rouge. Cela a confirmé le fait que la porte d’entrée était assez récente pour aborder différentes thématiques.

Le premier cycle abordait la question du rouge à la ville et dans la campagne, pour travailler la dialectique nature-culture : comment est-ce que le rouge inonde l’art quand il s’agit d’un art qui décrit la campagne et les villes. La deuxième édition tourne autour de l’engagement politique mais ne correspond pas au rouge politique, elle n’est pas assimilée à un raccourci politique partisan. Le terme est conçu comme un terme beaucoup plus large à travers la question de l’engagement dans la polis, dans la vie de la cité : comment est-ce que le champ artistique s’empare de la thématique de l’engagement et de la politique. Comment cette couleur rouge vient renforcer le propos de chaque artiste.

 

Guillaume : Concevoir des expositions autour de cette couleur qui évoque celle du vin est un souhait du Château La Dominique. Je trouve l’exercice intéressant. Comme l’a écrit Paul Valéry : « L’art vit de contraintes et meurt de liberté. »

 

 

Comment s’est mis en place le projet et votre collaboration avec Guillaume de Sardes, commissaire de l’exposition précédente également ?

 

Camille : Ecrivain, photographe, historien de l’art et commissaire d’exposition, Guillaume de Sardes est spécialiste et connaît aussi l’enjeu de travailler avec une entreprise privée qui a d’autres ambitions que celles de l’art pour l’art.

 

Comment avez-vous sélectionné les artistes et leurs œuvres ?

 

Guillaume : Je travaille d’abord à partir des collections de nos partenaires institutionnels : la Fondation Cartier, le CAPC et le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA. Elles sont très riches. J’ai également noué des partenariats avec des galeries : la Galerie Odile Ouiezman (Paris) et la Galerie Analix Forever (Genève). Enfin, j’ai demandé à des artistes s’ils acceptaient de produire (ou reproduire) des œuvres spécialement pour l’exposition : c’est le cas d’Orianne Castel, Martial et Jérémy Gobé.

 

Y a-t-il une œuvre que vous auriez aimé montrer, et que vous n’avez pas finalement retenue pour l’exposition ?

Guillaume : Une grande toile de Yan Pei Ming : un de ses portraits rouge de Mao.

 

Une autre couleur que le rouge qui vous parle en histoire de l’art ?

Guillaume : J’aime par-dessus tout le noir, mais ce n’est pas une couleur…

 

Quels sont les prochains projets du Château La Dominique en matière d’art contemporain ?

Camille : On poursuivra la troisième édition durant l’été prochain. La période est propice, située entre le moment durant lequel on a préparé les barriques et les vendanges de septembre. C’est le seul moment de l’année durant lequel le cuvier est disponible. Cette période nous permet également de profiter du tourisme estival.

Nous gardons le thème du rouge. Rouge à l’Est, rouge lié à la géographie ?

 

Propos recueillis par Laura Bongio et Cécile Olléac

 

 » Rouge, couleur de l’engagement « , jusqu’au 25 août

Château La Dominique – 33330 Saint-Émilion – Tél : 0557552073

http://chateau-ladominique.com/fr/

Du lundi au dimanche, de 10h à 19h

Tarif : 15€ Sur réservation uniquement. La visite inclut la présentation du domaine, son architecture, l’exposition commentée et une dégustation des vins du Château La Dominique.

  • Château La Dominique © Brice Braastad

    Château La Dominique © Brice Braastad

  • Thierry Jadot Monument aux héros du Peuple, Place Tian’anmen, Pékin, 1989

    Thierry Jadot Monument aux héros du Peuple, Place Tian’anmen, Pékin, 1989

  • Jérémy Gobé La Liberté guidant la laine 2014-2019 © Marc Domage Courtesy Galerie Odile Ouizeman

    Jérémy Gobé La Liberté guidant la laine 2014-2019 © Marc Domage Courtesy Galerie Odile Ouizeman